Creative Commons License
Les "images" de ce site sont mises à disposition selon les termes de licence Creative licence

CONTRAINTES...
Cette série consacrée à l’image de Marcel Proust succède à celle autour de Franz Kafka et précède celle autour de la figure d’Alfred Hitchcock. Il reçoit à son tour un hommage légèrement... "décalé" dans une série faite de 16 images de 60 cm sur 45 cm. L'esprit de ce nouvel "Album" reste proche du précédent: imaginer des rencontres et les mettre en scène. Avec humour et irrévérence parfois, avec respect pour le créateur toujours. Kafka, tel le choucas survolant les à-pics, planait au-dessus de toutes les époques. Marcel Proust, lui, se contentera de rencontres possibles". Possibles seulement dans le sens où elles seront d'époque comme celle, pas si invraisemblable qu'on pourrait le penser, avec Kafka. Pas d'échappées anachroniques pour le Petit Marcel !

DES CONTRAINTES COMMUNES
Chaque série obéit à des contraintes décidées au départ. En premier lieu, des contraintes communes. Par exemple, un nombre invariable d’images :
16 pour chaque série. Ainsi que la présence de légendes, intégrées dans l’image ou externes.
La méthode est identique : techniquement et en simplifiant, assembler après une longue recherche iconographique des éléments photographiques venus de sources multiples et qui seront “ travaillées” après leur numérisation. C’est pourquoi les résultats de ces manipulations diverses peuvent se nommer : “photographies recomposées ”.

DES CONTRAINTES PARTICULIERES
Mais, pour chaque série, s'imposent des contraintes supplémentaires. Ainsi pour L’Album de Marcel Proust, le choix du format : 60cm sur 45 et une tonalité : un sépia léger.
Cette série, comme les autres, bénéficie d’une orientation à l’intérieur du thème: restituer si possible l'esprit de l'époque et en retrouver les acteurs pour les associer aux personnages de la Recherche et introduire les références historiques utiles. Il fallait bien sûr mêler des éléments biographiques de la vie de l’auteur de la Recherche avec les aventures du narrateur telles qu’elles sont racontées dans le roman.
Une autre exigence: que les personnages qui apparaissent au fil de l’ensemble aient sensiblement le même âge qu’avait Marcel Proust tel qu’il est représenté dans chaque scène. Les rencontres ainsi provoquées et mises en scène se voudront le moins possible anachroniques, afin qu’elles acquièrent un air de vraisemblance supplémentaire.

Gérard Bertrand