Creative Commons Licensea, Pr
Les "images" de ce site sont mises à disposition
selon les termes de
licence Creative licence

The Album of Franz Kafka

What if Max Brod, his friend, had not only saved from the flames the small blue notebooks. What if, in spite of the prohibition, he had also kept a thin album of sixteen photographs? And it would be this album which would be presented here. An album of improbable photographs where Franz Kafka
(Mr K.) would appear in places and would approach the characters that it could have (or maybe that he should not have) met. In a way, a life dreamt. A tribute, anyway. We must admit that a slight fanciful slipped into some of these images, but it is also known that many writings of Kafka were of funny inspiration and that their author laughed quite a lot when reading them to his friends. He had too much humour not to appreciate the joke. But, one will not be able to dispute our references. With a little attention, one will find indeed, more or less hidden, characters like Karl Rossmann or Gregor Samsa, but also the beloved sister Ottla and the friend Milena, the places from Prague which Kafka knew so well, as the castle of Hradschin, the pointed roofs
of the Great town square, the lane of Alchemists and even the Office of insurances for the industrial accidents where Doctor Kafka used to work (although this environment is made more luminous here).And why this tall young man (1,82m!) who was always looking for the new innovations of his time, him who read Freud who attended to the first air meetings, who frequented the "cinematograph" (he would surely have loved Jean Vigo), wouldn't he have met Kandinsky and appreciated jazz music? The tone is sometimes more serious. Franz Kafka whose sisters were exterminated by the Nazis, would he have liked to meet this French gendarme who "kept" the Jews captured in France. These ones who were on standby of a departure, for … who knows where ? Our affection for "Monsieur K." is recent. But not exclusive. An image intends to prove it. It is the one where a nine year old child is transformed into a "father" of quite honourable Sirs whose names are: Borges, Breton, Gracq and Perec. In them, one finds like "a spirit of family" and especially the same beauty of expression as the one of "the man of Prague". Not really a child when he died but so young however. The Lightings, the compositions, the atmospheres and the sepia tone were selected to restore as well as possible the climate of quiet nightmare and of padded horror which surrounded its writings.
ait présenté ici. Un Gérard Bertrandphies improbables où Franz Kafka (Monsieur K.) apparaîtrait dans des de

ssEt si l'ami Max Brod ne s'était pas contenté de sauver des flammes les petits cahiers bleus. S'il avait, malgré l'interdiction, conservé aussi un mince album de seize photographies ? Et ce serait cet album qui serait présenté ici. Un album de photographies improbables où Franz Kafka (Monsieur K.) apparaîtrait dans des lieux et approcherait des personnages qu'il aurait pu (ou qu'il n'aurait jamais dû) rencontrer. Une vie rêvée en sorte. Un hommage, de toute façon.
Reconnaissons volontiers qu'une légère fantaisie s'est glissée dans certaines de ces images, mais on sait aussi que de nombreuses pages de Kafka sont d'inspiration burlesque et que leur auteur riait bien fort en les lisant à ses amis. Il avait trop d'humour pour ne pas apprécier la facétie.
Mais, on ne pourra contester nos références. Avec un peu d'attention, on retrouvera en effet, plus ou moins cachés, des personnages comme Karl Rossmann ou Gregor Samsa, mais aussi la sœur aimée Ottla et l'amie Milena, les lieux pragois que connaissait si bien Kafka, comme le château du Hradschin, les toits pointus de la Grand-Place, la ruelle des Alchimistes et, même si l'ambiance y est rendue plus lumineuse ici, un ensemble de bureaux comme ceux de l'Office d'assurances contre les accidents du travail où travaillait le Docteur Kafka.
Et pourquoi ce grand jeune homme (1,82m!) à l'affût de toutes les nouveautés de son époque, lui qui lisait Freud, qui assistait aux premiers meetings aériens, qui fréquentait le "cinématographe" (il aurait sûrement aimé Jean Vigo), n'aurait-il pas rencontré Kandinsky et apprécié le jazz ?
La note se veut parfois plus grave. Franz Kafka dont les sœurs furent exterminées par les nazis, aurait-il aimé rencontrer ce gendarme français qui "gardait" les juifs raflés en France. Ceux-là en attente d'un départ, pour on sait où.
Notre affection pour "Monsieur K." n'est guère récente. Mais non exclusive. Une image veut le prouver. C'est celle où un enfant de neuf ans est transformé en "père" de messieurs bien honorables qui ont pour noms: Borges, Breton, Gracq et Perec. En eux, on retrouve comme "un esprit de famille" et surtout la même beauté d'expression que celle de l'homme de Prague. Pas enfant, il est vrai, mais pourtant si jeune quand il mourut.
Les éclairages, les compositions, les atmosphères et le ton sépia ont été choisis pour restituer au mieux le climat de cauchemar tranquille et d'horreur ouatée qui baigne ses écrits.
ei
Gérard Bertrand
essioque celle e l'homme de Prague. Pas enfant, il est vrai, mais pourtant si jeune quand il mourut. Les écirages, les compositions, les atmosphères et le ton sépia nt été choisis pour restituer au mieux le climat de cauchemar tranquille et d'horreur ouatée qui baigne ses écrits.

Franz Kafka est un écrivain pragois de langue allemande et d'origine juive, né le 3 juillet 1883 à Prague et mort le 3 juin 1924 à Kierling. Il est considéré comme l'un des écrivains majeurs du xxe siècle. Surtout connu pour ses romans Le Procès (Der Prozeß) et Le Château (Das Schloß) ainsi que pour la nouvelle La Métamorphose (Die Verwandlung), Franz Kafka laisse cependant une œuvre plus vaste, semblant caractérisée par une atmosphère cauchemardesque, sinistre, où la bureaucratie et la société impersonnelle ont de plus en plus de prise sur l'individu. Marsman décrit cette atmosphère comme une "objectivité extrêmement étrange". L'œuvre de Kafka est vue comme symbole de l'homme déraciné des temps modernes. D'aucuns pensent cependant que l'œuvre de Kafka est uniquement une tentative, dans un combat apparent avec les "forces supérieures", de rendre l'initiative à l'individu, qui fait ses choix lui-même et en est responsable.
(Wikipedia).
n 1924 à Kierling. Il est considéré comme l'un des écrivains majeurs du xxe siècle. Surtout connu pour ses romans Le Procès (Der Prozeß)Le Chu (Das Schloß) ainsi que pour la nouvelle
illusion